Sélectionner une page

14.11 : Journée mondiale du diabète

CHU Tivoli » Covid19 » 14.11 : Journée mondiale du diabète

3 questions à Sara DEVIERE, infirmière référente en diabétologie

  • Il n’y a aucun cas de diabète dans ma famille, je ne me sens donc pas concerné(e) par cette maladie. Ai-je raison ?

Non. Le diabète apparait lorsque la sécrétion d’insuline dans le pancréas atteint la capacité de 50% par rapport à sa capacité initiale.

Il existe plusieurs types de diabète :

– Le diabète gestationnel chez la femme enceinte. La probabilité de développer ce type de diabète augmente aussi en fonction du nombre de grossesses. Ce diabète peut entrainer certains risques durant la grossesse. La patiente atteinte de ce diabète bénéficie d’un suivi particulier durant celle-ci.

– Le diabète de type 2 est dû à notre mode de vie de plus en plus sédentaire et à nos mauvaises habitudes alimentaires. Ce train de vie entraine de l’obésité et donc une résistance à l’action de l’insuline. À cela peuvent s’ajouter des risques cardiovasculaires tel que l’hypertension et l’hypercholestérolémie. Il existe malgré tout une composante génétique qui peut favoriser ce type de diabète et ce, indépendamment des risques précisés.

– Le diabète de type 1 est une maladie auto-immunitaire qui détruit les cellules bêta, ce sont celles qui produisent l’insuline. Ce diabète ne dépend pas de facteurs génétiques.

– Le diabète secondaire est, quant à lui, dû aux pancréatites infectieuses ou alcooliques.

  • Comment reconnaître les symptômes du diabète?

Seul le diabète de type 1 est concerné par l’apparition de certains symptômes.

  • Perte de poids importante, (sans régime particulier)
  • Soif excessive (jusqu’à plusieurs litres de boisson/jour)
  • Urines abondantes
  • Sensation brutale de mal-être.

Pour le diabète de type 2, les signes sont les mêmes mais beaucoup plus sournois, d’autant plus que les personnes souffrant du diabète de type 2 sont souvent obèses. Ces personnes présentent généralement un état de fatigue général.

  • Peut-on guérir du diabète ?

Oui, pour le diabète gestationnel car celui-ci disparait à la naissance de l’enfant. Le pancréas retrouve sa condition « d’avant la grossesse ».

Non, pour le diabète de type 1. Il ne disparait jamais puisque c’est une maladie auto-immune, et donc une réaction de destruction des cellules bêta par l’organisme. Le seul traitement du diabète de type 1 est l’injection d’insuline à vie.

Oui, pour le diabète de type 2 dans le cas où l’obésité est traitée par une chirurgie bariatrique par exemple (réduction de l’estomac). Il faut cependant attendre une perte de poids significative pour que le pancréas commence à produire moins d’insuline.

Michel Christiaens, 71 ans, patient en diabétologie témoigne :

« J’ai découvert mon diabète il y a 8 ans lors d’un test de glycémie organisé par le personnel soignant du service de diabétologie à l’occasion de la journée mondiale du diabète. J’ai fait ce test le cœur léger, à aucun moment je ne pensais avoir du diabète car je ne ressentais pas de symptôme particulier. À cette période, j’ai remarqué que j’étais fatigué mais ça ne m’a pas plus alerté que ça. Quand l’infirmière m’a dit que mon taux était élevé, je n’y croyais pas. Pour moi c’était impossible. Et pourtant, les preuves étaient là. Je comprends alors que je suis diabétique de type 2.

Le diabète est quelque chose de sérieux. Maintenant, je fais attention à ce que je mange en plus de mon traitement et j’ai une visite de contrôle 2 fois par an en diabétologie. Si je n’avais pas fait ce dépistage, un peu par hasard, je n’aurais peut-être jamais découvert mon diabète. Et cela aurait pu avoir des conséquences plus graves. »